Ail des bois
Ail des bois
photo1de2
Écho Action est un programme qui vous propose des trucs pour passer le mot sur la biodiversité. En savoir plus
Ail des bois

Noms communs : Ail des bois, oignon sauvage
Nom scientifique : Allium tricoccum
Taille : Feuilles de 10 à 30 cm, fleur et bulbe jusqu’à 40 cm du sol
Population : Inconnue, rare où il se trouve
Distribution : Est de l’Amérique du Nord, dans les sous-bois
Enjeux : Destruction de l’habitat, surexploitation
Statut Liste Rouge UICN : Non évalué
Considéré Vulnérable au Québec.

Description
L’ail des bois est une plante de sous-bois qui pousse dans l’Est de l’Amérique du Nord, chevauchant le Canada et les États-Unis — dans le Sud de l’Ontario et du Québec, ainsi que dans 30 états du centre et de l’Est états-uniens. C’est une plante rare (elle n’existe que dans certaines forêts) et éphémère (elle n’est en feuille qu’environ cinq semaines par année, au printemps, entre la fonte des neiges et l’apparition du feuillage des arbres, soit de la fin avril jusqu’en juin).

L’ail des bois privilégie notamment les érablières (forêts d’érables) et les frênaies (forêts de frênes d’Amérique). La floraison (l’ouverture de la fleur) se produit un peu plus tard, en juillet. C’est alors que la contribution des insectes devient essentielle pour féconder les fleurs et, ainsi, mener à la maturation des fruits, en septembre. Les fruits tombent d’eux mêmes sur le sol ou sont transportés par les animaux qui s’en régalent. Le cas échéant, les graines trouveront dans les fèces un lieu fertile pour la germination, l’automne suivant — soit une année après avoir été dispersées. Puis, après un nouvel hiver, les premiers brins sortent de terre et se fraient un chemin au-travers de la litière de la forêt. Une graine peut passer jusqu’à une dizaine d’années dans le sol avant la germination et ainsi produire un nouveau plant d’ail des bois.

L’ail des bois est considéré comme étant un délice gastronomique, une alternative gustative à l’ail commun. Cette comestibilité, tant les feuilles en salade que le bulbe lui-même, contribue grandement à sa rareté et à sa vulnérabilité.

Menaces
La surexploitation de l’ail des bois et la conversion progressive des forêts en terres agricoles ont sévèrement affecté les différents peuplements de cette petite plante printanière. Au Québec, l’ail des bois n’existerait que dans quelque 200 sites, parmi lesquels 60 sites auraient été visités il y a plus de 25 ans et au moins 11 sites où il aurait aujourd’hui disparu. L’espèce est considéré comme étant vulnérable et, à ce titre, bénéficie d’une protection légale depuis 1995. Il est interdit d’en faire le commerce et sa récolte est limitée à 50 bulbes par personne par année, à l’extérieur bien sûr des aires protégées et seulement dans les peuplements de plus de 1000 individus.

Partout où il se trouve, l’ail des bois est considéré comme étant rare, menacé ou fortement menacé.

Le saviez-vous?
En 1999, le Biodôme de Montréal a inauguré le programme SEMAIL : une opération d’envergure favorisant la restauration de l’espèce en milieu naturel, afin de soutenir les efforts déjà consentis. De 2000 à 2004, près d’un million de graines d’ail des bois ont été distribuées à des propriétaires d’érablières intéressés par la sauvegarde de l’espèce. De plus, 444 000 bulbes saisis (provenant de cueillettes illégales) par les agents de la faune ont été replantés par des participants de SEM’AIL. La distribution de graines est maintenant terminée mais les efforts de sensibilisation se poursuivent.

Site du Biodôme de Montréal

Le Sedna aujourd'hui
Suivre la mission
Devenez MARIN VIRTUEL pour communiquer par courriel avec l’équipage, assister en direct à des diffusions depuis le bateau, télécharger de magnifiques fonds d’écran, et bien plus encore.
ENSEIGNANTS, inscrivez-vous dès maintenant et soyez les premiers informés des dernières nouvelles de la mission et des mises à jour de la section Éducation. Votre inscription vous donnera accès aussi à des projets pédagogiques qui vous permettront de parler en direct avec l’équipage du SEDNA IV.