Blogue de jean lemire

3971 - I - Photo credit Pixabay Pompe à l'huile Pompe à l'huile
Écho Action est un programme qui vous propose des trucs pour passer le mot sur la biodiversité. En savoir plus
25 April 2014|Jean Lemire

Le raccourci intellectuel et la mathématique déficiente

Le Québec se meurt de trouver du pétrole, de le faire circuler sur son territoire, de l’envoyer par bateau et de se graisser la patte au passage. On ne fait aucune exception sur la provenance et l’origine de l’or noir, sur ses méthodes d’extraction, sur le prix réel à payer pour s’enduire du produit responsable de la plus grande crise mondiale de l’ère moderne : les changements climatiques. Pourquoi un tel changement de mentalité, si rapide et soudain ?

Pour justifier cette ère nouvelle, on nous propose une formule mathématique déficiente, qui relève de l’utopie. Un investissement de 115 millions pour une cagnotte de 45 milliards à partager. Là s’arrête le raisonnement, pour ne pas dire le résonnement. Le raccourci intellectuel est disgracieux et il prive la population d’un vrai débat, juste et éclairé, sur les risques de l’opération. Ces risques sont environnementaux et économiques. Si la mathématique était si simple, les grandes compagnies pétrolières, comme Shell qui a déjà exploré sur Anticosti, auraient manifesté leurs intérêts depuis longtemps.

Anticosti n’est qu’une première étape dans un long processus à venir. On ne voudra pas laisser Terre-Neuve pomper les réserves pressenties dans le Saint-Laurent, au large des îles de la Madeleine. Il faudra agir vite, diront les économistes. On voudra aussi perforer les berges gaspésiennes pour pomper l’or noir. Puis, on reviendra à la charge pour le gaz de schiste. Plus l’acceptation sociale gagnera du terrain, plus il sera difficile d’arrêter le processus.

Il est trop facile de qualifier les écologistes d’empêcheurs de grands projets. La demande est pourtant honnête et simple : un débat, réel, sur les choix que nous, propriétaires des ressources, désirons pour l’avenir de nos enfants.

Je veux bien que l’on nous parle d’économie, de travail, de santé et d’éducation comme priorités actuelles. Toutefois, plus que jamais, nous avons besoin d’une vision pour placer le Québec au bon endroit sur l’échiquier mondial. Faire croire que le pétrole est la solution à tous les maux en utilisant une formule mathématique déficiente pour tromper le public relève de l’ancienne politique. Nous avons droit à un vrai débat. Les Québécois peuvent décider de leur avenir et ils sont prêts à prendre des risques. Dans un débat sain, qui ne fera sans doute pas consensus, la démocratie saura s’exprimer pour orienter les décisions. Après tout, il s’agit de notre avenir, et celui de nos enfants.

Comments1
  • philippe lambert-doucet
    13 May 2014
    si les bateaux coule et le pétrole part dans le fleuve
Thank You. Please note that your comments will be moderated.
Add a comment